Le féminisme : cékoa? [Introduction]

Salut les gens !

 

Aujourd'hui je vous livre mon premier article sur le féminisme (ouééééé ! \o/)

Et quoi de mieux pour commencer et bien mettre les choses à plat qu'une petite définition ?

(question rhétorique, pas la peine de répondre)

 

[Nota Bene : cet article englobe trèèèèès largement tout plein de sujets qui seront expliqués et creusés dans d'autres articles plus spécifiques, donc ne vous étonnez pas de ne pas voir apparaître certains éléments, promis ça arrive bientôt. Il y a tellement de choses à dire.]

 

Voici plusieurs définitions, trouvées dans des dicos et sur l'internet mondial :

-Le féminisme est une doctrine ou une attitude politique, philosophique et sociale, fondée sur l'égalité des sexes. (LaToupie)

-Mouvement militant pour l'amélioration et l'extension du rôle et des droits des femmes dans la société. (Larousse)

-Le féminisme est un ensemble de mouvements et d'idées politiques, philosophiques et sociales, qui partagent un but commun : définir, établir et atteindre l'égalité politique, économique, culturelle, personnelle, sociale et juridique entre les femmes et les hommes. Le féminisme a donc pour objectif d'abolir, dans ces différents domaines, les inégalités homme-femme dont les femmes sont les principales victimes, et ainsi de promouvoir les droits des femmes dans la société civile et dans la sphère privée. (Wikipédia)

 

Pour résumer avec mes mots à moi : le féminisme, c'est la lutte pour l'égalité hommes-femmes.

En gros, quelqu'un qui se revendique non-féministe, c'est quelqu'un qui voudrait maintenir les femmes dans cet état d'opression. Moui moui moui. (A partir de maintenant, réfléchissez donc bien avant de dire une telle connerie.)

 

Voici ce que n'est pas une féministe, contrairement à ce que beaucoup croient.

Voici ce que n'est pas une féministe, contrairement à ce que beaucoup croient.

A partir de là, pour creuser un peu plus la notion, on peut continuer par : pourquoi ?

 

En effet, le premier argument des anti-féministes, c'est quand même de dire que "oh ça va l'égalité vous l'avez !"

Ouip. Mais non en fait. Taggle.

Bien sûr, les femmes qui nous ont précédé ont lutté, avec raison, pour obtenir les mêmes droit légaux que leurs homologues masculins. Et aujourd'hui, dans l'ensemble, oui on peut conduire/voter/disposer de notre argent etc.

Mais bien de nos droits sont encore à défendre (jor disposer de son corps comme on l'entend par exemple : #coucouavortement)

Et plus encore, c'est aujourd'hui contre un sexisme plus insidieux, plus profond que l'on lutte aujourd'hui (en France ou dans d'autres pays où la femme est officiellement l'égale de l'homme je veux dire. Bien sûr que dans encore beaucoup de pays le combat n'est pas très difficile à envisager  #nononnedoitpaslapiderunefemmeparcequelleaétéviolée).

Ce sexisme fourbe fera l'objet d'un article à lui tout seul dans lequel j'expliquerai le sexisme d'aujourd'hui, contre lequel je me bats quotidiennement.

Mais pour la faire court : aujourd'hui encore la France est une société patriarcale (comme tous les modèles occidentaux en fait)

Késséssé ? me direz-vous.

Le Larousse nous donne cette définition : Forme d'organisation sociale dans laquelle l'homme exerce le pouvoir dans le domaine politique, économique, religieux, ou détient le rôle dominant au sein de la famille, par rapport à la femme.

 

Aberrant, non ? Pourtant, on vit en plein là-dedans. Yeeuurk.

 

Pour finir cet article assez englobant, je poserai cette question : comment être féministe ?

 

Il existe aujourd'hui une grande pluralité de féminismeS, eh oui. Mais pour être féministe, la première chose à faire, c'est déconstruire tout ce qu'on a appris depuis notre plus tendre enfance et le faire passer sous un regard critique. Déconstruire, interroger, admettre, prendre conscience, accepter de voir la réalité telle qu'elle est sans se voiler la face et faire en sorte de la changer. Voilà les maître-mots de ce combat.

 

A votre bonne réflexion et bonne soirée. Tchouss.

Retour à l'accueil